Piaf interprétée sur scène! -Questions à Anne Carrere

‘Un printemps meurt, en vient un autre, et tout change, tout est pareil.’ Edith Piaf

Une légende dont les notes traînent un peu partout jusqu’à nos jours, dans les métros et les rues de Paris… et dans nos coeurs. Reconnue universellement, Piaf porte en elle tous les airs de la France et du temps d’avant. Reconnue surtout non pas pour sa technique et la clareté de sa voix mais plutôt pour son brut, ses émotions, son lyrisme, les échos de sa voix persistent à travers le temps.

Et puis le temps qui ne sait pas suspendre son vol attrape au vol les notes d’une jeune fille sensible et énergique au caractère déterminé, de celles qui multiplient les cours et les concours, les rencontres et les formations sans jamais baisser les bras… Elle, c’est Anne Carrere, une artiste qui invente et réinvente sa passion à chaque fois qu’elle monte sur scène. Subjugué par la puissance de sa voix et son charisme, Gil Marsalla, le producteur et metteur en scène lui donne immédiatement le rôle d’Edith Piaf dans le spectacle célébrant les 100 ans de la Môme en 2015. C’est là qu’elle entreprendra ce parcours de vie ou de scène… aussi bien que les deux s’entremêlent quelque part…

Anne Carrere, ou Piaf sur scène, comme affirme Aznavour, serait ‘le plus bel hommage jamais produit sur la Carrirère de Piaf…’

 

 

Ce mosaïque de talents, entre chanter, être sur scène, interpréter différents rôles… est-ce que cela s’est construit avec les années ou a-t-il toujours été une passion innée en vous?

Cela s’est construit avec les années , tout d’abord la danse , puis le théâtre , le solfège et ensuite le chant .
Ce sont les heures de travail qui m’ont permis aujourd’hui d’en être là .

 

Quelle était votre rêve de petite enfant? Qu’est-ce qui entrerait en jeu pour que les rêves deviennent réalité?

Petite fille ,  je voulais être chanteuse… finalement je vis déjà mon rêve puisque je chante .

 

Piaf… Oser être Piaf. Parce que cela demande beaucoup d’intériorité, de vécu, de perfectionnisme, de rigueur et bien sûr de talent… comment avez-vous ressenti que vous pourriez l’incarner?

Je ne savais pas dans quoi je me lançais quand j’ai accepté ce rôle.
C’était complètement inconscient, ce n’est qu’avec le temps que j’ai compris l’importance d’être fidèle à cette icône de la chanson française .
Le plus important c’est de respecter l’identité d’Edith Piaf, ses mélodies et ses « Rrr » roulés.

 

Quel a été le mot de passe de Germaine Ricord pour chanter Piaf sur scène?

Son conseil a été important dans l’évolution de ce rôle !
Elle m’a simplement dit que j’avais tout pour reprendre le flambeau et que si je voulais faire vibrer les gens et communiquer avec le public , il faudrait que j’y mette mon âme et mes tripes …

 

Comment avez-vous senti ce changement s’opérer en vous?

C’est progressif , le temps passe , le spectacle se joue et chaque public est différent.
Le changement n’est qu’une question personnelle, sur scène c’est moi qui interprète les chansons d’Edith Piaf avec mes sentiments et ma personnalité .

 

Pourriez-vous décrire Piaf? De quelle façon la ressentez-vous?

Piaf représente pour moi une femme d’un tempérament fort.
C’est une femme incroyable par son charisme et cette volonté de vouloir toujours se surpasser.

 

Piaf le Spectacle, a-t-il le même écho dans tous les coins du monde?

Je peux répondre que oui, l’impact est vraiment incroyable partout où nous sommes allés.

 

Pourriez-vous vous dissocier dorénavant du personnage de Piaf? Quelle seraient les limites entre la performance théâtrale et le réel?

Bien qu’il y ait une réelle association avec Piaf… je ne suis pas elle, Piaf est unique!
« Chacun d’entre nous est unique… »

 

Quel serait votre moment fort qui vous a marquée en tant que Piaf?

Le moment qui me vient en mémoire, c’est la première fois que j’ai chanté Piaf au Mexique, les gens étaient fous, ils hurlaient, ils tapaient dans les mains, ils pleuraient, c’était un moment magique. C’était le commencement d’une grande et belle aventure.

 

Piaf au Liban, quelles sont vos attentes?

J’espère que le public sera conquis comme les autres publics ont pu l’être.
C’est toujours une grande fierté de représenter une artiste aussi Grande !

 

*Interview: Marie-Christine Tayah

 

*Anne Carrere au Casino du Liban, Beyrouth, le 24 mars.