“Forty and One Canvas for Quarantine” par Reynaldo Sayegh

Inspiré par les conséquences du Coronavirus en Italie, Reynaldo Sayegh décide de peindre un tableau en s’inspirant de trois photos prises par un photographe Italien, ce qui lui prend un mois de travail. Il ne savait pas encore si son exposition traiterait de la révolution ou de la quarantaine… ce même tourbillon intérieur, comme un instinct de survie. Le temps passe. Un second tableau voit le jour. Il reflète la photo d’un Chypriote qui s’adonnait à un challenge dans sa maison, peinture notamment difficile de par ses détails; l’ombre et la lumière, les tatouages… Ces deux tableaux traitant du même thème, la révélation se fit pour Reynaldo: Quarante et Un. L’art naît de la quarantaine. Dans son même “petit” espace à Byblos, un cocon d’où naissent des couleurs, des formes, des idées, il prend son pinceau.

“Pousser l’art à survivre” dit-il, quitte à vendre des pièces à petits prix, pour les Libanais. Ainsi, “Bloom,” son expo précédente, prévue pour la fête des mères mais annulée à contre-coeur pour cause de Coronavirus tiendra un petit coin au sein de sa “Forty and One Canvas for quarantine”.

Son style est à chaque fois innovateur, régi pourtant par une technique disciplinée et reconnu pour les mêmes couleurs vives de Reynaldo. Une expression de vie, là où le temps même est mis en cage. Un écho à vécu intense et lourd alors que même les mots sont tus et réprimés. L’exposition se déroulera à Byblos, là où les vagues respirent la liberté et éclaboussent les passants de joie de vivre. L’art de survie ou la survie dans l’art, une résistance née et innée, contre vents et marées.