La Nuit des Idées 2018 –Questions à Nada Saleh Anid

Co-fondatrice de Women in Front, Nada Anid dirige au sein de l’ONG, différents programmes visant à augmenter la participation des femmes dans la vie politique à travers le lobbying, la réforme de lois et les séminaires de renforcement de capacités.

Titulaire d’une maitrise en Arts Graphiques, elle a longtemps travaillé dans les secteurs de la publicité, de la communication et de l’édition.

Elle est également auteur de deux biographies publiées en France chez Calmann-Levy ; « Les très riches heures d’Antoine Naufal, libraire à Beyrouth » et « L’Homme de Cèdre, Les 3 vies de Samir Geagea », (traduit en arabe chez Dar Naufal). Ayant participé à la table ronde ‘Émancipation: statut de la femme et combats au féminin,’ avec Claudine Aoun -présidente de National Commission for Lebanese Women et Hyam Yared -écrivain, dans le cadre de La Nuit des Idées 2018, Nada Anid
répond à nos questions.

  1. Quelle serait en deux mots la mission de Women In Front?

Plus de femmes libanaises en politique, c’est-à-dire plus d’expertises et de capacités pour une société plus égalitaire, plus juste et plus démocratique.

  1. ‘Les femmes avec les hommes.’ Égalité des genres ou féminisme?

On ne peut arriver au but ultime de l’égalité des genres sans adopter un féminisme affranchi des stéréotypes et respectueux des genres dans leurs différences et leur complémentarité.

  1. Pourriez-vous nous faire part en quelques mots de votre parcours personnel? Pourquoi Women In Front?

L’idée de Women in Front m’est venue d’un constat consternant. Dans le paysage médiatique libanais, les femmes étaient absentes du débat politique, à l’image de leur quasi-absence au Parlement et au Gouvernement. Mon souci de la justice et mon intérêt pour la politique m’a poussé à œuvrer à la recherche de solutions à ce problème inhérent à notre société patriarcale.