Reynaldo Sayegh, le peintre qui jongle avec les couleurs!

Avec son pinceau rebelle impégné des traditions lointaines de chez nous, les peintures de Reynaldo Sayegh se distinguent pourtant aussi de par leurs formes, leurs couleurs frappantes et gaies ainsi que leur sens du détail. Les formes du peintre sont contenantes, chaleureuses, mystérieuses et vivantes à la fois. Ses toiles sont inspirées de ses voyages en Grèce, en Équateur, en Géorgie et en Égypte… mais également de sa résidence au Liban, à travers les femmes, leurs vêtements colorés, les symboles de notre héritage et leurs visages mystérieux… La première exposition de Reynaldo Sayegh portera le titre ‘Open Eyes’ et coïncidera avec les yeux ouverts de ses personnages, pour la toute première fois… Une touche de pinceau qui en dit long…

Son inspiration va de pair avec le silence. Située au coeur de Byblos, sa maison a tout d’un atelier de peinture. Tout ce qui l’entoure est joie, comme sa palette de couleurs. Dans la nuit, il colorie des images, dessine des visages et transforme les gens de passage en caractères traditionnels et pourtant si étranges. L’inspiration éclot dans la nuit et lui coule des doigts. Il peint sans plus pouvoir s’arrêter. Comme dans un rêve dont on recherche la signification, les êtres humains sont ornés d’animaux. Ainsi, moutons ou poissons surplombent les têtes, donnant un brin de fantaisie à ces personnages aussi fictifs que réels, dont l’authenticité est accentuée par une touche du passé. Pour lui, ces éléments mêmes d’antan font toute notre richesse. Au lieu de copier-coller les gratte-ciels d’ailleurs, pourquoi ne pas trouver en nous ce qui nous rend si différents et le renvoyer au monde, comme un partage de richesses, une affirmation de soi?

 

Dessiner sans pourquoi, sans chercher de réponses. Artiste aux talents multiples, Reynaldo écrit pour s’exprimer mais ‘colorie’ comme il le dit pour jouer avec les couleurs. Il en cherche de nouvelles pour chacune de ses toiles, les manie et les marie à sa guise… et puis y puise son imagination. Quant aux outils, tout est bon pour lui; les pinceaux, les crayons… et pourquoi pas développer une forme d’écriture sur ses toiles dans le futur. Les acriliques de Reynaldo sont protégés par des couches de vernis. Préserver ses dessins est pour lui une nécessité.

Éclaboussement de couleurs et de sourires

Extension de son être, les peintures de Reynaldo relèvent de la joie. Il affirme d’un ton enjoué, ‘je ne suis pas une personne triste.’ Semer la joie est son but ultime depuis qu’il a ouvert sa boutique à Byblos puis après s’être retiré chez lui pour continuer à dessiner jusqu’à enfin ouvrir de nouveau ses portes au public dans un nouveau regard. Reynaldo a déjà vendu plus de mille tableaux au mille et une couleurs écarlates.

 

‘Open Eyes.’

Pour la toute première fois, il décide d’ouvrir les yeux de ses femmes. C’est un appel aux sources et un nouveau regard sur toute chose. Clin d’oeil aux changements qui s’opèrent dans la vie de l’artiste notemment après avoir fermé sa boutique. Reproduisant l’écosystème dans lequel nous vivons, il ‘ouvre les yeux.’ Et pourquoi pas le troisième oeil… Il critique l’ébahissement non justifié des uns devant des ‘chefs-d’oeuvres’ d’art moderne, qui ne sont nécessairement pas de l’art… On se tient debout devant une toile noire absurde à essayer d’y trouver un sens. C’est le cas même de la vie et de ses réponses absurdes et injustifiées. Reynaldo refuse d’être un mouton de panurge. Il dénonce avec humour ‘noir’ tout ce qui relève de l’absurdité des applaudissements de masse et dessine également pour critiquer. Devant ses toiles, on ne peut qu’admirer le sens du détail, des couleurs et qu’ébaucher un sourire complice au pinceau derrière la reproduction.

 

Enfant talentueux, l’artiste en herbe réalisait les coupes transversales en biologie à main levée et reproduisait sans broncher les cartes géographiques. Ainsi y-va-t-il de ses dessins d’aujourd’hui qui s’imposent en coupes, sans reliefs, comme sa vision des choses, de son regard sur les êtres et le monde.

 

-Marie-Christine Tayah

 

 

 

*Open Eyes se déroulera du 22 au 26 juin 2017 au Centre d’Accueil et d’Information Touristique du Festival International de Byblos au vieux souk, UNESCO Square. L’inauguration aura lieu le 22 juin à 19h00 mais les visiteurs sont les bienvenus à partir de 10h00 a.m.

https://www.facebook.com/events/307588106330412/